Quelles sont les aides pour une maison de retraite ?

maison de retraite

Une maison de retraite est un établissement privé conçu pour accueillir des personnes âgées. Elle est destinée à ceux qui souhaitent conserver leur mode de vie tout en bénéficiant d’un soutien et de soins sur place. Au regard de la charge que peut représenter le recours à une telle structure, il se pose logiquement la question du financement. Heureusement, il existe différentes aides qui peuvent être allouées aux résidents sous certaines conditions.

Aides pour maison de retraite, un précieux soutien

Quand vient le moment d’aller en maison de retraite, il importe de se poser les bonnes questions, notamment celle de la qualité de l’établissement. Dans l’idéal on recherche sur papyhappy.fr, une structure à proximité de chez soi avec des installations adaptées et un personnel irréprochable. Outre ces critères, il en existe un autre tout aussi décisif, le coût. Pour l’évaluer au plus juste, on inclut dans les calculs, non seulement l’hébergement, mais aussi les soins ou l’utilisation d’équipements par le résident. En proportion de la dépendance de la personne âgée, les frais peuvent être assez conséquents. Dans le but de faciliter le financement et de supporter une partie des charges liées à la maison de retraite, différentes aides sont disponibles. Il s’agit notamment de :

L’APA pour allocation personnalisée d’autonomie

L’ALS pour allocation de logement social

L’APL pour aide personnalisée au logement

L’ASH pour aide sociale à l’hébergement

Focus sur les différentes aides en maison de retraite

C’est depuis 2002 qu’une personne inscrite en établissement pour personnes âgées peut prétendre à l’APA. Un senior à domicile peut aussi y avoir droit. La raison d’être de cette aide est de donner les moyens aux ayants-droits d’avoir accès à des besoins courants et essentiels comme l’alimentation, le transport, la toilette, les loisirs, etc. Cette allocation permet aussi de couvrir d’éventuels aménagements du logement comme ceux en maison de retraite pour adapter l’espace de vie aux besoins du senior, installation de rampes, d’un monte-escaliers, etc.  L’APA prend aussi en charge une partie du tarif dépendance. Y sont éligibles les personnes âgées d’au moins 60 ans, pouvant justifier la régularité de leur présence en France. Il faut aussi avoir rempli, avec les services compétents, l’index GIR sur la grille AGGIR (Autonomie Gérontologie Groupe Iso Ressources) avec un classement compris entre 1 et 4, pour évaluer la dépendance du senior. La dépendance est croissante en partant du GIR 1 jusqu’au GIR 4. Le montant de l’APA n’est pas fixe et évolue en fonction du tarif dépendance de la maison de retraite, de la capacité
financière du bénéficiaire, et du niveau d’autonomie de la personne âgée.

L’APL a pour objet d’aider à financer le logement de la personne. Pour en bénéficier, il faut, en plus d’un titre de séjour français valide, déjà résider dans une structure conventionnée (ULSD, EHPAD, etc). Dans le cas où la personne est à domicile, la résidence doit être son logement principal et offrir un certain niveau de confort. Si le bénéficiaire est locataire, l’hébergement ne doit pas être la propriété d’un membre proche ou lointain de la famille. La possibilité est laissée aux personnes âgées de bénéficier à la fois de l’APL et de l’ASH pour être en mesure de payer leur place en maison de retraite. A défaut de toucher ces aides, l’alternative est le recours à l’ALS (allocation de logement social). Elle ne peut être combinée à l’APL, mais peut être touchée conjointement avec l’ASH, ou l’APA. Les facteurs d’éligibilité à l’ALS sont peu ou prou ceux de l’APL. Pour toucher une allocation de logement social, il n’est pas impératif que l’établissement spécialisé ou le domicile du senior fassent l’objet d’une convention entre l’Etat et les propriétaires.

Seniors : comment partir en vacances ?
Bien-être seniors : spas, saunas et hammams